Philippe

PhilippeMeffroyCeci est une réponse que j’envoie à tous… mais aussi à chacun(e).

Vos messages ont été, et sont toujours, de précieux soutiens pour moi et les enfants.
Ils ont témoigné de la présence intense et généreuse de notre Phiphi lors de sa vie terrestre, car tous vous parlez avec émotion de moments vécus avec lui, de rêves, de rires, de discussions, d’études, de marches, de luttes aussi…

Il a reçu plus que sa part d’amour et d’amitié parce qu’il a donné une part encore plus grande.

L’unique souffrance qu’il n’a pas pu ou su dompter venait du manque de reconnaissance de « ceux qui savent » : les pères, les notaires, les banquiers et surtout les cultureux, obstinés à juger, oublieux du fait que tout jugement repose sur des critères fluctuants, insensibles pour ne pas voir la réalité toute simple de son talent et du cadeau qu’il en a fait à tous.

Philippe était un Marcheur, les Marcheurs sont en marche, nous en sommes.

Avec tout notre amour.
Veron.